PODCASTZAP, les coulisses du podcast avec Pénélope de La Toile sur Écoute
LES COULISSES DU PODCAST # 2

La Toile sur Écoute, vous connaissez ? C’est le studio indépendant qui produit des podcasts originaux comme L’Arnaque et Pique Parole. Des formats courts, drôles, percutants et une voix, celle de Pénélope, sa fondatrice que nous vous invitons à mieux connaître à travers ce portrait.

Avant de commencer à lire, Pénélope a un message pour vous !

Si vous avez écouté tous les épisodes de L’Arnaque, le premier podcast de Pénélope, vous êtes en droit de penser que vous savez déjà tout sur elle. Pourquoi ? Tout simplement parce que sa vie reste le principal sujet des épisodes de ce podcast produit par son studio, La Toile sur écoute.

Célibataire, trentenaire, drôle, parisienne ayant vécu de zéro à huit ans en Angleterre, étudiante en droit puis en école de commerce, débit mitraillette, cash, directe et pas froid aux yeux. On se disait qu’on en connaissait déjà pas mal sur cet ovni dans le paysage actuel des podcasts natifs.

On avait quand même envie d’en savoir plus sur celle qui nous arrache chaque semaine des sourires voire de franches rigolades. On se demandait si la Pénélope de la vraie vie ressemble à celle évoquée dans les écouteurs quand elle se raconte.

La réponse ? Lisez ce qui suit pour vous faire votre avis.

Premier enseignement après une demi-heure d’entretien : Pénélope sait tout faire. Pourquoi ? Parce qu’elle a tout fait.

Tenir un blog, monter une start-up puis la revendre dix-huit mois plus tard avec succès, être co-animatrice sur la matinale radio de OUI FM, créer un pop-up store éphémère pendant 6 mois à Saint-Trop, devenir Directrice de la communication chez Publicis Drugstore, Directrice commerciale chez Groupon, Directrice du pôle événementiel d’un groupe de radio, organisatrice de festival à Dubai ou à l’Ile Maurice. De la petite boite, de la start-up. De la grande multinationale du CAC 40 aussi. Le Bibendum clermontois lui a fait des appels du pied pour travailler sur l’événementiel autour du guide éponyme de la maison. Mais la greffe n’a pas pris.

Octobre 2018 : page blanche. Un ancien boss lui souffle une suggestion : « t’as une voix, t’es une artiste e-business. Tu devrais faire du podcast. » Vous l’aurez compris, les défis et les projets ne font pas peur à cette slasheuse sans complexe qui carbure à l’énergie.

Oui mais le podcast, tu connais Pénélope ? T’en écoutes ? Non ! Pas grave. Même pas peur !

Elle s’imagine dans un premier temps créer des contenus pour des marques. Problème, il y a déjà pas mal de monde sur le créneau alors qu’elle est inconnue au bataillon. Qu’à cela ne tienne, elle commencera par montrer ce qu’elle sait faire en parlant de sa propre vie. Elle se lance dans l’écriture et l’enregistrement après avoir acheté le matériel adéquat. Et là, c’est la révélation : elle comprend que ce média correspond parfaitement aux aspirations cachées derrière ce chemin de vie sinueux.

 J’ai toujours su que j’avais un truc artistique en moi. Mais je ne sais pas dessiner ni peindre. Avec le podcast, j’écris, je crée mon univers, j’enregistre et je bouge une piste et je vis le miracle de la création. 

 

Pénélope songe aussi à utiliser le format de la conversation intime avec un invité. Le pilote se révèle un flop qui ne la convainc pas. Savoir interviewer est un métier que, pour une fois, elle ne maîtrise pas. Et puis faire parler les autres ne satisfait pas ses appétits de création. Tant pis ! Ou plutôt tant mieux !

J’aime les contenus diversifiés et je ne souhaite pas être cataloguée dans une case. Je ne veux pas me sentir enfermée dans un genre type l’entrepreneuriat ou le féminisme.

Avec un tel parcours et sa gouaille naturelle, on comprend vite pourquoi. L’idée l’a même effleurée de lancer #Gomina (elle a même déposé la marque) un podcast pour les hommes par des hommes. L’exercice de la parodie ne semble pas pour lui déplaire…

Pénélope n’a désormais qu’une seule devise : « du contenu, du contenu et encore du contenu ». Son kif, c’est l’écriture, la vanne, le décalé, le détail auquel personne ne fait attention sur lequel elle pourra développer une histoire originale sans queue ni tête en trouvant les phrases ou les punchlines qui sonnent juste.

Comme elle se lasse vite, elle décide de créer un nouveau podcast après avoir produit une quinzaine d’épisodes de l’Arnaque. Ce sera Pique-parole. Chaque mercredi, elle entre dans la peau d’une personne plus ou moins célèbre qui gagne à être connue pour raconter sa vie. Un format portrait fiction à la première personne qui fait mouche. Elle utilise son réseau pour trouver des personnes qu’elle ne connaît pas mais qui acceptent de lui faire confiance.

Chaque épisode représente une vingtaine d’heures de boulot : entretien pour comprendre le parcours de son sujet, puis écriture avec envoi pour correction, enregistrement, montage et enfin validation finale. Un travail de l’ombre qui comble ses aspirations artistiques. Le premier épisode avec Eric Chédeville, le compositeur de The week-end I feel it coming pour Daft Punk est une merveille du genre. Le second avec la romancière Alexia Savey, autrice de La faim du petit poids : chroniques anorexiques, démontre que Pénélope sait aussi traiter avec talent des thèmes moins légers. Pique Parole a désormais sa propre chaîne et nul doute que ce nouveau genre fera des émules.

Donc résumons-nous. Deux épisodes de l’Arnaque chaque lundi et vendredi, un épisode de Pique parole le mercredi. Et entre tout ça, écriture, enregistrement et promotion de son studio. Oui, Pénélope n’a pas froid aux yeux et a de l’énergie à revendre. Bosser sept jours sur sept pour créer ne lui fait pas peur. Aurait-elle enfin trouvé sa voie ? A priori oui.

Au fait alors, Pénélope dans la vraie vie ? Elle est comment ? Tout pareil. Et hyper sympa avec ça. Rassurez-vous, il n’y a pas d’arnaque, juste du talent, de l’originalité et une sacrée dose d’énergie.

Quelques liens pour écouter le travail de Pénélope

Pique Parole – Eric Chédeville

L’Arnaque – La main au paquet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Category

Coulisses du podcast