PODCASTZAP
une sélection des meilleurs épisodes de podcasts

Les marques de grande consommation font appel à des cabinets de tendances pour orienter leurs stratégies de communication autour de leur business. Les postures basées sur des discours de façade semblent de plus en plus aléatoires. Les consommateurs pourraient à terme changer la donne et imposer une véritable authenticité à tous les échelons. Cet épisode est passionnant pour s’interroger sur l’influence sociétale des marques et les rapports entretenus avec leurs clients.

Lien vers l’épisode

Pourquoi écouter cet épisode de Miroir Miroir

L’invitée de l’épisode, Emmanuelle de Mazières, planneur stratégique dans un bureau de tendances, décortique de façon très poussée le pouvoir d’influence des marques. Entendons-nous bien, ces dernières sont là pour vendre. Néanmoins, on observe progressivement un changement de paradigme avec des consommateurs de plus en plus avertis. Le greenwashing ou l’inclusivitywashing consistant à mettre en avant des postures factices sur l’environnement ou la diversité pour des besoins d’image pourraient s’avérer dangereux pour elles. A contrario, leur pouvoir d’influence est si énorme qu’elles auront à terme un pouvoir politique qui pourrait également être néfaste. Cet épisode fait réfléchir !

Bonne écoute

Verbatim

A propos des bureau de tendances

Un bureau de tendances permet aux sociétés de comprendre le sens dans lequel la société va pour commercialiser des biens et des services qui sont en cohérence avec les attentes des consommateurs. On aide les marques à prendre la bonne direction en termes d’innovation ou de design produit et de discours envers les consommateurs.

Ce travail s’appuie sur des études sociologiques et de l’observation pour humer la société tout en prenant en compte les problématiques majeures comme l’environnement et le vivre ensemble.

Une des tendances clés aujourd’hui est de cultiver l’empathie et l’authenticité.

Les marques se basent sur des prédictions et sur ce qui se fait dans le domaine artistique.

Les cabinets de tendances donnent une bouffée d’air aux responsables de marques qui n’ont pas le temps de naviguer dans l’instant présent.

Les rapports entre les marques et les consommateurs

Le secteur de la beauté a compris très tôt que les représentations des corps des femmes et leur visage étaient des outils de soumission. C’est la théorie de Naomi Wolf. Ces dernières années, on a réussi à mettre en pratique les enseignements des féministes avec une réalité marchande et casser les idéaux de beauté.

Les consommateurs sont des humains et ce sont eux qui ont voulu représenter la réalité telle qu’elle est.

Même si certaines marques ne sont pas sincères, elles font malgré tout avancer la société et évoluer les mentalités de manière à en faire petit à petit un acquis.

Dans les marques de mode ou les maisons de beauté, il y a une présence moindre dans les effectifs ethniques.

Les consommateurs sont hyper avertis. Beaucoup de comptes Instagram dénoncent les pratiques dans le monde de la mode et vont imposer aux marques de nouveaux comportements.

Si on est enfermé dans un bureau, on reste éloigné des réalités des consommateurs.

L’inertie est un fléau qui pourrit toutes les innovations et la modernité qu’on voudrait inculquer.

Le fait que la beauté soit un concept en lui-même, c’est quelque chose de compliqué à déconstruire car très ancien.

Avec les représentations, on tourne en rond alors que ce n’est qu’un moyen.

Simon Sinek a théorisé une manière nouvelle d’adopter une posture : Commençons par le pourquoi. Quelle est la raison d’être d’une marque ? Les gens du marketing ne savent pas répondre car ils ont toujours réfléchi et agi pour vendre leurs produits.

Donner un pouvoir politique à une marque peut être dangereux car elle pourrait avoir une influence colossale. Saurait-on bien qui serait derrière ?

Les marques sont capables de se construire un corps à partir d’une image en la personnifiant.

 

Le Podcast Miroir Miroir

Produit par Binge Audio, Miroir Miroir s’intéresse aux représentations de la beauté, du corps et des normes dans les médias, à travers la société ou sur les réseaux sociaux. A travers le témoignage de ses invité(e)s, Jennifer Padjami s’interroge sur la pertinence et l’influence des principaux canons attachés à la beauté, aux races ou aux préférences sexuelles et sur les moyens de contourner ou déconstruire les injonctions

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Category

Uncategorized