octobre 15, 2018

La Poudre épisode 28

PODCASTZAP
une sélection des meilleurs épisodes de podcasts

Une conversation intime pour découvrir le parcours étonnant de Marlene Schiappa. Loin des clichés habituels à son sujet, découvrez la personnalité de cette femme d’exception grâce à La Poudre

L’invitée

Marlène Schiappa est Secrétaire d’État à l’égalité entre les hommes et les femmes depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron. Mais elle est bien plus que cela. L’enfant d’une cité HLM de Belleville, fille d’une institutrice et d’un docteur en histoire spécialiste des mouvements anarchistes, a fait beaucoup de chemin pour en arriver là où elle en est aujourd’hui. Elle a toujours voulu les choses très vite : se marier, avoir des enfants, entrer en politique. Elle réalise très tôt qu’il est compliqué de lier carrière et maternité. Cette prise de conscience la pousse vers le militantisme féministe avec un dynamisme hors du commun.

Pourquoi écouter cet épisode

Marlène Schiappa a obtenu son maroquin de ministre après avoir été bloggeuse et féministe. Voilà ce qu’on entend habituellement sur cette femme qu’on juge souvent comme « clivante »

Lauren Bastide n’a pas son pareil pour dévoiler la vraie nature de ses invitées. Écouter sans filtre leurs paroles permet de cerner les nuances de leur personnalité. Cet épisode ne fait pas exception. On est bien loin des portraits convenus lus dans la presse magazine à propos de cette femme politique.

A travers cette interview, on découvre le parcours d’une acharnée de travail portée par ses idées et qui ne s’embarrasse pas de faux-semblants. A 35 ans, Marlène Schiappa a déjà eu plusieurs vies : directrice éditoriale d’une agence de presse, auteur au Bondy Blog, bloggeuse à succès, écrivain avec une vingtaine de livres déjà publiés, élue adjointe au maire du Mans et à présent ministre et même actrice de théâtre. Elle est le symbole d’un féminisme éclairé et pragmatique. Pas mal non ?

Bonne écoute!

Verbatim

Mon père a une très forte personnalité. Quand je lui demande quand est-ce qu’il est libre pour me voir, il me répond : « je suis libre depuis que je suis né »

Quand je ramenais une note pas terrible et que je disais à mon père que j’avais fait ce que je pouvais. Il me répondait : « on ne fait pas ce qu’on peut dans la vie. Les bolchéviques font tout ce qu’ils doivent, pas ce qu’ils peuvent. Crois-tu que les révolutions se sont faites en disant : j’ai fait ce que j’ai pu ? »

Je n’ai jamais rêvé du succès mais j’ai toujours travaillé pour ça. J’ai toujours pensé à ce que je pouvais porter avec les autres et comment travailler pour porter ce en quoi je crois.

Le travail est une valeur fondamentale chez moi. Je travaille tout le temps. A la base, je n’avais rien pour moi : pas de diplôme, pas de réseau. La probabilité pour que j’arrive à faire ce que j’ai fait était quasi nulle.

Je fais partie d’une génération qui aspire à la conciliation, il y a eu la génération des workings girls. Avant cela, il y avait la génération où on se réalisait uniquement comme mère. Aujourd’hui on a envie de faire les deux, plutôt bien sans rien négocier et sans se laisser culpabiliser par cette double injonction : vous devez avoir une super carrière et être une très bonne mère. J’ai voulu fédérer des gens autour de cette cause et agir comme un levier politique.

Les blogs m’ont permis de prendre le pouls des problèmes pratiques des femmes dont personne ne parle et qui sont des angles morts de la politique

L’écriture a été présente dès l’enfance : c’était mon loisir et j’ai gardé cette habitude. Le point commun entre mon engagement politique et l’écriture, c’est que la vie des gens m’intéresse.

Il y a encore une forme d’inégalité dans la sexualité entre les femmes et les hommes car les hommes sont vus comme ceux qui désirent et les femmes comme les sujets de désir ou de non désir et jamais comme des objets désirant responsables de leur propre désir et de leur propre plaisir.

Je dialogue avec tous les féminismes. Je suis frappé par cette volonté de créer des chapelles autour de cette cause. Je refuse l’idéologie, je veux aller sur ce qui est efficace pour faire avancer la cause.

Le Podcast

La Poudre

La Poudre, podcast féministe ? Oui bien sûr, mais pas que. Lauren Bastide invite des femmes artistes, intellectuelles, journalistes, politiques pour parler de leur parcours, de leur vision de la femme et de leur engagement. On y découvre des personnalités issues de toutes les origines et tous les horizons. Mais La poudre c’est plus que cela. C’est aussi un moyen de s’interroger sur notre époque et sur l’évolution de la société. On écoute une conversation intime menée par la voix chaleureuse et envoutante de Lauren qui réussit chaque fois à faire sortir ses invitées d’un discours convenu. Elles parlent toutes avec leur cœur et leurs tripes. Intimité, authenticité, engagement, voilà tout ce qui ressort de l’écoute d’un épisode de La Poudre. Une bouffée d’air qui fait du bien qu’on soit féministe ou pas.

Mais au fait ça évoque quoi la poudre pour vous ?

Lien vers l’épisode

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Category

Uncategorized