PODCASTZAP : Etre soi - Changer le monde avec une application
PODCASTZAP
une sélection des meilleurs épisodes de podcasts

Une application digitale pour lutter contre le gaspillage alimentaire, il fallait y penser puis le faire ! Une jeune française de 26 ans a plaqué un parcours tout tracé pour conjuguer entrepreneuriat et conviction personnelle. Découvrez Lucie Basch, la fondatrice de Too Good To Go pour en savoir plus.

Lien vers l’épisode

Pourquoi écouter cet épisode de Être soi

Mettre le digital au service d’une cause qui lui tenait à cœur, c’est le défi incroyable qu’a relevé Lucie. Après un diplôme d’ingénieure à Centrale et un début de carrière dans une prestigieuse entreprise de l’agro-alimentaire, elle décide de tout arrêter pour réfléchir au lancement de son projet. « Quand on redouble une classe, on perd un an. Alors prendre quatre mois dans sa vie pour tenter de monter un projet, ça vaut le coup d’être tenté. » Cette phrase résume l’état d’esprit de cette entrepreneuse punchy et engagée.

A 26 ans, Lucie est aujourd’hui à la tête d’une entreprise d’une quarantaine de salariés qui assure la promotion et le développement de l’application Too good To Go (trop bon pour être jeté) qui a permis de sauver 3 millions de repas en 2018. Convaincue et convaincante, elle nous fait partager les coulisses de son projet. Elle profite de l’occasion pour nous sensibiliser sur l’usage des dates de péremption et nous rappelle que nos yeux et notre odorat sont les meilleurs atouts pour savoir si un produit est propre à la consommation ou non. Elle nous rappelle également une vieille recette de grand-mère pour savoir si le viel œuf qui traine dans la porte de votre frigo est toujours bon. Pour la connaître, écoutez cet excellent épisode d’Être Soi

Bonne écoute

L’invitée de l’épisode

Ingénieure centralienne, Lucie démarre sa carrière dans l’industrie agro-alimentaire au Royaume-Uni. Sensible au gaspillage alimentaire depuis toujours, son passage dans l’industrie finit de la convaincre que sa place est ailleurs : auprès de ceux qui innovent pour résoudre nos grands défis contemporains. Elle quitte alors son travail pour créer en 2016 Too Good To Go, une plateforme qui permet à chacun de s’engager contre le gaspillage, simplement et à son échelle.

Verbatim

Too good to go permet à chacun de s’impliquer concrètement dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. Avec le digital et le fait qu’on puisse connecter les gens au bon moment au bon endroit, chacun d’entre nous peut agir à son échelle. Toutes les actions individuelles mises bout à bout peuvent avoir un impact d’ampleur et faire la différence sur des problématiques de société.

Un tiers de ce qu’on produit comme nourriture part à la poubelle. 30% du gaspillage alimentaire se passe chez le consommateur.

Après avoir quitté mon job, j’ai pris quatre mois pour réfléchir et m’inspirer sans gagner ma vie. Quand tu redoubles une classe, tu perds un an de ta vie mais ce n’est pas un drame. Alors quatre mois sans plan précis pour ma vie, j’ai pensé que ce serait un investissement intéressant.

J’ai rencontré des personnes qui avaient la même idée que moi : au départ je me suis dit que c’était une catastrophe puis j’ai réalisé que j’avais trouvé les personnes avec qui faire mon projet.

Quand vous avez une idée, partagez-la avec le plus de personnes car cela la fera mûrir et vous permettra de vous entourer des bonnes personnes. Une idée qui reste dans une tête ne sert à rien et ne se développe pas. Une idée ne vaut rien en soi. Ce qui compte, c’est la façon dont on la met en pratique.

J’ai toujours pensé très court terme. Je vivais dans le présent et j’avançais chaque jour.

Il faut arrêter de penser constamment au futur. Le discours qui consiste à dire : fais une prépa pendant deux ans pour avoir une école puis fais une école parce que tu pourras travailler où tu veux, commence à bosser dans cette boîte parce que c’est super pour ton CV. Finalement tu te retrouves à passer ta vie à attendre l’étape d’après alors que c’est plus simple de vivre dans le présent.

L’application Too Good To Go n’est qu’un outil, l’idée est de construire une communauté qui lutte contre le gaspillage alimentaire.

Dédier sa vie à quelque chose qui a du sens pour soi est quelque chose de génial.

J’ai fait ce projet car je pensais qu’il devait être fait. Mon moteur, c’était d’apprendre.

Il existe deux types de dates de péremption : les dates à consommer jusqu’au et celles à consommer de préférence avant le. Sur cette deuxième catégorie, il n’y a aucun problème pour consommer le produit à condition de sentir et voir le produit.

Cette distinction n’est pas claire aujourd’hui. On essaye d’inciter les industriels à clarifier la différence. On a lancé une pétition sur change.org, #changetadate.

Pour savoir si un œuf est bon, on le met dans l’eau. S’il flotte, c’est qu’il n’est plus bon, s’il coule c’est OK.

Beaucoup de produits qu’on achète chez des commerçants comme le fromager ou le boucher n’ont pas de date et on arrive à savoir s’il faut les consommer ou non.

Ce n’est pas parce qu’on achète des produits en grande surface avec des dates de péremption qu’il faut oublier qu’on a des sens pour savoir s’ils sont encore bons à consommer ou non.

Le Podcast Être soi

Chaque semaine, le podcast Être soi propose des conseils ou des interviews pour s’inspirer, se sentir bien et se lancer dans un projet entrepreneurial. Bloggeuse depuis plusieurs années, Julie a lancé ce podcast pour partager son expérience d’entrepreneuse freelance. Celles et ceux qui se posent des questions pour savoir s’ils sont prêts à se lancer trouveront peut-être les réponses à leurs questions auprès de Julie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Category

Uncategorized