PODCASTZAP : Émotions - épisode 1 : le trac
PODCASTZAP
une sélection des meilleurs épisodes de podcasts

Le trac, un mal universel? Qui n’a jamais ressenti d’appréhension avant de prendre la parole en public en réunion au boulot ou sur une scène ? Mais le système pédagogique français a sans doute rendu l’exercice bien plus compliqué pour nous français que dans d’autres contrées. Écoutez cet épisode qui décortique ce mécanisme si particulier de notre cerveau pour vous en convaincre.

Lien vers l’épisode

Pourquoi écouter cet épisode de Émotions

Tous ceux qui ont un jour côtoyé des anglo-saxons dans un cadre professionnel ou scolaire ont toujours été marqués par leur aisance naturelle à l’oral quelle que soit la situation. A de rares exceptions près, nous, les français, sommes en revanche inhibés par la peur de se tromper ou de mal faire en prenant la parole. Ce mal français est dû aux fondements mêmes de notre système d’éducation influencé par les jésuites qui ont placé la parole sur un piédestal. Mais le trac est avant tout une réaction humaine qui nous pousse à ressentir la peur par anticipation avant de vivre un événement qui va nous soumettre au jugement des autres. Comme il est si bien dit au cours de cet épisode, le trac est comme un vaccin. C’est une petite dose d’angoisse d’abandon ou de mort sociale qui vous immunise théoriquement pour surmonter l’épreuve devant vous au moment où il n’y a plus d’échappatoire. A travers cet épisode bâti autour de témoignages concrets d’un avocat, d’un étudiant, d’acteurs et de spécialistes, vous aurez une vision plus claire sur ce mal qui vous envahit parfois dans certaines situations. En résumé, si le trac est universel, il est sans doute exacerbé dans le pays de Molière compte tenu de notre éducation et du statut si particulier de l’art oratoire. A méditer à l’heure où l’on parle de plus en plus souvent de bienveillance…

Bonne écoute

Verbatim

Le trac vient du jugement d’autrui. On anticipe de manière négative ce qu’on s’apprête à faire et cela nous place dans un phénomène d’anxiété. C’est notre instinct grégaire qui nous pousse à vivre en société et qui fait qu’on a peur de l’avis des autres et de leur rejet. On a peur d’être abandonné, rejeté et de se retrouver seul. Si on est tout seul, on meurt.

Le trac, c’est la peur de se faire rejeter du groupe dont on fait partie ou dont on veut faire partie.

Les autres ont effectivement un vrai pouvoir sur nous. S’ils nous rejettent, ils mettent à mal nos projets d’avenir, l’identité qu’on s’est construite et les liens avec les gens qui nous entourent.

Le trac est utile car il permet de se défaire de la peur en dehors de l’épreuve ou avant. C’est une expérimentation dans l’imaginaire et le vécu sans cible et sans danger objectif d’une situation dont on veut se délivrer dans la vie réelle.

Le trac est comme un vaccin. C’est une petite dose d’angoisse d’abandon ou de mort sociale qui vous immunise théoriquement pour surmonter l’épreuve devant vous au moment où il n’y a plus d’échappatoire.

Le trac implique une conscience des valeurs et du jugement des autres et la capacité à se projeter dans le futur.

Les humains sont constamment traversés par deux formes de désirs contradictoires :

  • Le désir immédiat qui nous pousse à acquérir quelque chose et à en jouir.
  • Le désir à long terme qui nous permet de vivre en société les uns avec les autres en obtenant l’approbation d’autrui.

Selon Darwin, l’éthique de la civilisation repose sur l’exigence que l’on a d’être en tout point conforme à l’attente d’autrui. Le prix qu’on accorde à l’opinion que l‘autre a de nous-même est ce qui structure au niveau des individus la cohérence de la civilisation.

On pense que l’art oratoire est un don.

Le trac est d’origine culturelle et pas personnel. On n’est pas égaux devant le trac. Le problème n’est pas forcément celui qui éprouve le trac mais le public.

En France le silence est d’or, le rompre est terrifiant. On parle de droit à la parole, de parler comme un livre.

L’éducation française laisse peu de place à l’oralité. Les élèves peuvent lire à voix haute ou réciter une poésie mais ils ont peu de liberté de s’exprimer pour donner un point de vue.

Jusqu’à il y a peu de temps le dialogue pédagogique était défini de la manière suivante : le maitre pose une question et l’élève répond.

Les jésuites qui se sont focalisés sur l’instruction ont donné la priorité à l’écrit. Ils ont créé une école de contrôle basée sur la parole contrainte ou la rhétorique (la parole sur la base d’un texte écrit).

Les enfants français quand ils ne savent pas ne répondent pas. Dans tous les autres pays, les enfants répondent. Le statut de l’erreur dans notre pays est une tare qui fige la confiance en soi.

Le trac est universel car penser au regard des autres fait partie de la condition humaine mais quand vous devez vous exprimer en France où la parole a un statut particulier et ou on vous apprend à ne pas prendre la parole, on comprend que le trac s’aggrave.

Si un français te dit : « c’est pas mal », c’est jackpot !

Le Podcast Émotions

Le podcast Émotions a pour ambition de décortiquer tous les sentiments qui nous animent dans la vie courante. Trac, honte, joie, colère, peur ou angoisse feront l’objet d’une étude complète sur la base de témoignages de particuliers et de spécialistes pour comprendre les ressorts de notre vie intérieure. Ce nouveau podcast proposé par le studio Louie Média et animé par Adèle Pojzman-Pontay plaira à tous ceux qui cherchent des réponses sur ce qu’ils éprouvent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Category

Uncategorized