PODCASTZAP - Entreprendre dans la mode
PODCASTZAP
une sélection des meilleurs épisodes de podcasts

Small and sustainable is our future ! Écoutez cet entretien remarquable avec le fondateur des baskets éthiques Veja pour vous en convaincre. Cet entrepreneur développe un discours atypique très éloigné des injonctions habituelles de croissance entendus dans la bouche de ses pairs. Le modèle économique de cette entreprise est-il celui de demain ? Souhaitons-le pour nos enfants.

Lien vers l’épisode

Pourquoi écouter cet épisode de Entreprendre dans la mode

En matière de business éthique, l’histoire des baskets Veja est l’une des première grosses success stories. Deux garçons qui avaient tout pour réussir en banque d’affaires changent de paradigme au début des années 2000. Convaincus de la vacuité d’une carrière classique après de brillantes études, ils développent à 25 ans une vision disruptive du développement d’un business équitable. Ils décident de lancer leur propre marque. Leur rêve : faire la première basket 100% clean face aux géants du secteur. L’aventure démarre au Brésil pour sourcer des cultivateurs de coton bio et trouver une usine de production.

Sébastien Kopp raconte les débuts incroyables de la marque, le premier salon dans la mode qui déclenche les premières commandes. Il évoque sa philosophie qui le pousse à rester libre et éloigné des investisseurs qui rêvent de faire grandir sa marque. Lui préfère imaginer le développement de 1000 autres marques à l’image de Veja plutôt que de devenir un géant. Utopiste ou précurseur, la vision de cet entrepreneur incite néanmoins à réfléchir comme le nom de sa marque. Écoutez l’épisode jusqu’au bout pour comprendre pourquoi.

Bonne écoute

Verbatim

Sur l’histoire de Veja

On a fait nos premières commandes sur des bons de commande Exacompta achetés dans une papeterie.

Au départ, c’est le design et l’esthétique de nos modèles qui plaisait. Le point de vue écologique des baskets en coton bio, tout le monde s’en foutait.

On ne veut pas de levée de fonds. On veut rester libre et ne pas être esclaves d’un investisseur qui auraient une exigence financière trop forte.

Pour faire grandir un projet, il ne faut pas forcément de la croissance, il faut chercher la qualité, les meilleures personnes pour le développer et les clients.

Au Brésil, les standards sociaux des ouvriers sont comparables à l’Europe. Un salarié peut nourrir et se loger de manière digne contrairement au Bangladesh.

Notre projet, c’est une situation win win des matières premières jusqu’à la boutique qui vend au client final.

On refuse des investisseurs. On pourrait faire grandir Véja 10 fois plus vite. A quoi cela servirait ? On n’a pas envie d’être 1000. On préfère voir 1000 Véja se développer demain plutôt qu’un gros.

La vision de son modèle économique

Je me méfie comme de la peste des gens qui parlent d’urgence. C’est souvent les gens qui ont fait n’importe quoi avant.

Faut-il réagir face à l’urgence ou agir à long terme ? Il faut se poser, réfléchir et agir sur le long terme.

La façon des politiques de faire du show non-stop, c’est déjà du passé. J’ai parfois l’impression qu’on vit encore à l’époque de VGE.

On peut avoir beaucoup d’impact même en restant petit. Je déteste le mot scalability !

Tous mes amis entrepreneurs qui ont levé des fonds pleurent. Ils le vivent de manière horrible alors qu’ils disent devant tout le monde que c’est génial.

Quand j’entends start-up nation, je me dis qu’on est 30 ans en arrière. C’est un monde fini.

On prend notre temps pour bien faire à chaque fois et sortir une nouveauté dès qu’on est prêts.

On communique via les réseaux sociaux mais on ne fait pas de publicité.

Les grandes marques compressent les coûts de production pour augmenter de façon folle leurs budgets de publicité. Nous on veut faire l’inverse pour montrer que c’est cela qui compte.

Le label B-Corp, c’est un questionnaire de 297 questions qui vont jusqu’à la durée du congé paternité pour les salariés.

On essaye de créer l’entreprise dans laquelle on aurait rêvé d’être salarié.

La transparence est un bon objectif mais cela peut aussi devenir un fascisme.

Le Podcast Entreprendre dans la mode

Adrien Garcia a une passion, la mode. Chaque semaine, il nous la fait partager en partant à la rencontre de tous les acteurs de cette filière : journalistes, designers, créateurs, entrepreneurs. Tous ceux qui s’intéressent à ce secteur doivent écouter ce podcast hebdomadaire qui fait pénétrer les coulisses de cette industrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Category

Uncategorized