PODCASTZAP : Ça reste entre nous avec Joël Dupuch
PODCASTZAP
une sélection des meilleurs épisodes de podcasts

Depuis le film Les petits mouchoirs de Guillaume Canet, on sait que Joël Dupuch est un personnage brut de décoffrage. Dans un dialogue à la Audiard autour d’un bon cigare, l’acteur ostréiculteur révèle toute l’intelligence de son bon sens paysan. Ses réflexions sont celles d’un homme un tantinet agacé par son époque mais avant tout amoureux de son terroir, de sa profession et de la vie. Vive les épicuriens!

Lien vers l’épisode

Pourquoi écouter cet épisode de Ça reste entre nous

Il y a de tout dans cet épisode ambiance café du commerce : de la gouaille, de la profondeur, de la réflexion, du sentiment et de la poésie. Joël Dupuch partage ses coups de cœur et ses coups de gueule. Attention, ce solide gaillard est avant tout un bosseur vivant depuis 50 ans de l’usage de ses paluches pour cultiver et ouvrir des millions d’huîtres sur le bassin d’Arcachon. Il parle avec enthousiasme de l‘histoire de l’ostréiculture, de l’évolution du métier depuis la course au rendement dans les années 60 jusqu’à l’évolution vers l’élevage de la qualité avec les aléas de la nature. Si vous aimez les huîtres, vous saliverez en l’écoutant vanter le plaisir en bouche des huîtres charnues qui se mastiquent comme une bonne viande en libérant toutes leurs saveurs iodées.

Cet amoureux de la bonne chère s’insurge contre l’anxiété générale qui pollue notre existence et évoque sa philosophie axée sur le moment présent. Comme disait Lino Ventura: « les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît ». Vous retrouverez parfois la finesse des dialogues d’Audiard dans les propos intelligents de la star autochtone du bassin qui prend avec un certain recul la folie immobilière qui s’est emparée des côtes de son enfance. Lui reste tranquille au bord de l’eau dans sa cabane ouverte aux vents et aux copains. Une jolie leçon de vie qui fait du bien. Merci Jean-Pierre Saccani et Bababam pour ce moment.

Bonne écoute!

Verbatim

A propos des huitres

L’huître est le premier produit d’aquaculture qui a été déplacé de son milieu pour être créé.

C’est Napoléon 3 qui a mandaté un ingénieur agricole Costes pour organiser la production ostréicole.

Une huître peut être vendue à partir de deux ans et demi. Mais c’est une adolescente. Entre trois ans et cinq ans, elle est au summum de son engraissement. L’engraissement est fonction des régions et de la climatologie.

La coquille, c’est la signature de l’huître. J’ai ouvert plus de vingt millions d’huîtres dans ma vie.

C’est l’un des rares aliments qu’on consomme vivant.

Sa philosophie de vie

Pour avoir du plaisir, faut avoir du désir. L’instant fait partie de la réalisation du plaisir.

Je ne suis pas climato-sceptique. On doit faire gaffe à la planète mais je suis énervé par cette culture permanente de la peur.

La vie n’est pas anxiogène. Vivez le moment et vivez l’instant. J’ai des copains qui me disent je suis fatigué demain je me lève à cinq heures. Non ! Demain tu seras fatigué quand tu te seras levé à cinq heures mais là tu ne peux pas être fatigué à l’idée de te lever tôt.

Je vis dans une cabane au bord de l’eau. Si j’écoute les mecs, je dors avec une brassière toutes les nuits. Je vis au paradis. Si ce paradis devient un enfer, je gèrerai l’enfer. Aujourd’hui, je ne vais pas m’imaginer l’enfer alors que je suis au paradis. Je profite du paradis.

Quand je me lève le matin et que je respire, je trouve que c’est déjà une belle journée qui démarre.

Avec Excel, quand tu fais un compte d’exploitation, tu peux changer quatre ou cinq variables et devenir milliardaire. Sauf que la réalité des choses, c’est pas ça. On peut rentrer des chiffres mais après il y a des aléas, des variations qui changent les résultats.

A propos du climat

Quand on aura les emmerdements qu’on nous promet, il y a longtemps que je n’aurai plus mal aux dents et ma fille n’aura plus les dents qui la dérangent.

Aujourd’hui, on va sur la lune ou sur mars mais on ne sait pas ramasser une nappe de pétrole en mer. Quand le pétard est passé, il y a d’autres peurs qui naissent et qui prennent le pas. On gère tout par l’urgence et à court terme. On gère « avec la merde au cul » comme on dit chez moi.

Je ne crois qu’aux actes. Parler et promettre c’est à la portée de n’importe quel con. On est la somme de nos actes.

Internet c’est merveilleux mais si je vous largue dans la bibliothèque nationale sans les codes, vous aurez toute la culture du monde mais si vous n’avez pas l’envie ni la méthode, vous n’irez nulle part.

On réfléchit le matin pour mieux vous répondre l’après-midi disait Starck sur le répondeur de son cabinet d’architecture.

J’ai un défaut : je n’aime pas mentir. Je peux omettre car je ne suis pas totalement con. Mais je préfère blesser quelqu’un que de le trahir.

Je n’ai pas de définition du bon. J’essaye de faire partager ma philosophie du goût, de la qualité et du produit.

J’ai des copains qui sont nés sur le bassin qui ne perçoivent plus la beauté du bassin. Je préfère un nouvel arrivant fou amoureux du site qu’un mec blasé qui est là depuis 50 ans et prêt à tout vendre. Les mecs qui vendent et qui gueulent après devraient la fermer.

Sa vision de l’époque actuelle

Aujourd’hui on a une censure morale et orale qui nous brise. On légifère en déresponsabilisant les gens. La conscience individuelle est suppléée par des règlementations.

Ne pas dire ou ne pas exprimer ses opinions, c’est foutre un couvercle en fonte sur une cocotte avec le feu dessous. A un moment ça finit toujours par exploser.

Moi je préfère les principes que les textes. Avec les principes on est toujours face à ses responsabilités. Dans les textes, tout ce qui n’est pas interdit est autorisé.

Le principe de précaution, c’est la négation de l’individu. Il y a toujours des risques dans ce qu’on fait.

Si tu fais un combat d’une cause comme ne pas manger de viande, c’est que tu n’as aucun autre problème à régler. Le problème quand tu deviens militant d’un sujet, que tu perds ton recul et ton humour. C’est presque du facisme.

Le Podcast Ça reste entre nous

Jean-Pierre Saccani partage un verre ou un café avec des personnalité hautes en couleur du monde de la culture et du divertissement. Tutoiement et connivence sont de rigueur pour des conversations de comptoir sans filtre toujours pleines de vérités. Ça reste entre nous nous permet de partager l’intimité de dialogues souvent savoureux. On adore!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Category

Uncategorized