PODCASTZAP : Anti-Brouillard #7 - Guillaume Fourdinier
février 1, 2019

Anti-Brouillard #7

PODCASTZAP
une sélection des meilleurs épisodes de podcasts

Y’a plus de saison ma bonne dame ! Faire pousser des fraises dans des containers au cœur des villes avec quatre cycles de production dans l’année ? C’est possible avec Agricool dont Guillaume, le co-fondateur est l’invité de cet épisode. Oui mais alors ces fraises, bio ou pas bio ?

Lien vers l’épisode

Pourquoi écouter cet épisode de Anti-Brouillard

Partir de zéro sur un sujet millénaire comme la culture de fruits et légumes ayant déjà fait l’objet de milliers d’heures de recherche, il fallait oser. Guillaume et son associé l’ont fait et ont réussi. Leur secret ? Tester les options les plus farfelues sans préjugés et sans peur d’échouer. Un excellent résumé de ce que doit être une démarche d’innovation.

Le résultat ? Des fraises poussant sur des murs végétaux dans un container avec des insectes, un brouillard permanent d’eau nourrissant les racines en temps réel sans contrainte avec un système en circuit fermé, le tout éclairé par des leds et piloté à distance. Écouter Guillaume décrire le processus de fabrication est passionnant.

On ne parle pas d’un petit kit avec des lampes UV que vous trouverez en grande surface spécialisée, mais d’un container de 12m susceptible d’être déployé en milieu urbain. Bienvenue dans un nouveau modèle agricole basé sur la technologie et fait pour des circuits courts.

Alors y  aura-t-il des milliers de cooltivateurs dans un avenir proche? Les adeptes de Pierre Rahbbi vantant la sobriété heureuse et le retour à la terre seront-ils heurtés par l’initiative ? Toutes ces questions, Guillaume y a déjà réfléchi et nous livre sa vision avec l’assurance de celui qui avance sans dévier de l’ambition d’origine.

OK. Mais des fraises qui ont toutes les vertus du bio mais ne sont pas bio car non produites en pleine terre, ça pose question ! Idem avec la notion de saison quand on peut produire des fraises quatre fois dans l’année. Réponse de l’intéressé : on ne peut pas parler de saison sans évoquer le bilan carbone d’une production. Ceux qui ont écouté le podcast de Healtthy Living sur les locavores auront matière à enrichir leur réflexion.

Notre conclusion à l’issue de cet épisode : toujours aussi compliqué d’exister quand on casse les codes et les règles. Espérons que le bon sens et la liberté triompheront ! Je ne sais pas pour vous mais moi, ça m’a donné une grosse envie de fraises ! On est en février ? Pas de problème, je pars à la recherche d’un cooltivateur !

Bonne écoute

L’invité de l’épisode

Guillaume Fourdinier est le co-fondateur d’Agricool. Ayant grandi à la campagne, il est diplômé de l’IESEG. Après une expérience commerciale dans le secteur pharmaceutique, il fonde Agricool en 2015 avec Gonzague Gru.

Verbatim

Comment est-ce possible d’avoir une Apple Watch mais de ne pas manger des fruits aussi bons que ceux cueillis dans un potager ?

Les fruits et légumes sont mauvais car il y a une distance moyenne de 1500 km entre le champ et l’assiette à Paris. Les fruits sont cueillis trop tôt et moins sains.

Notre projet : produire au cœur de la ville sur place dans des containers où on recrée des paradis pour les fruits et légumes.

On est parti en supprimant toutes nos certitudes sur la production de fruits et légumes.

On a choisi la fraise car c’est l’équivalent le plus intense de ce qui nous manquait : la fraise bien rouge et pleine de goût cueillie dans le potager.

On a testé des options radicales même si on pouvait se planter. Sinon, ça n’aurait pas marché car cela aurait déjà été testé par les géants de l’agro-alimentaire.

Être CTO chez Agricool, c’est faire de l’agronomie avec l’A/B testing de fraises, de l’ingénierie R&D avec des systèmes de leds et de chaleur, de l’IT avec de la data et du software et une partie industrialisation pour gérer la fabrication en série des containers.

Chaque fois qu’on trouvera un moyen d’accélérer la transition vers plus de fruits et légumes dans la ville, on le prendra.

On est là pour améliorer le modèle agricole pour demain et pas pour en imposer un.

Nos fraises ont en moyenne 30% de vitamines en plus que celles qu’on trouve en supermarché.

L’agriculture reste de la science : la photosynthèse est une équation. Fournir les éléments parfaits à la plante lui donne la capacité de donner le meilleur d’elle-même.

On n’a pas de meilleurs fruits qu’un producteur bio. On a juste un circuit de distribution tellement court que toutes les vitamines sont préservées.

Le fruit perd la moitié de sa vitamine C quatre jours après la récolte. Le fruit se consomme lui-même pour rester vivant une fois qu’il n’est plus sur sa plante.

Grâce à la technologie, on crée des conditions idéales pour que la fraise se développe.

Le cycle naturel d’un fraisier est de trois mois. On n’accélère pas ce cycle mais on peut en enchaîner quatre au cours de l’année.

Aujourd’hui, on produit et on vend une centaine de kilos par semaine. Nos cooltivateurs livrent tous les jours nos magasins. On est en phase d’industrialisation.

La technologie a toujours fait peur dans l’agriculture car elle a été conçue depuis 50 ans pour répondre à un problème de société en nourrissant plus de monde et moins cher avec les pesticides. Aujourd’hui, l’état d’esprit a changé.

Il ne faut pas prendre un label en soi comme une conclusion sur tous les éléments. On peut produire des fraises bio au Maroc sans pesticides. Cueillies trop tôt, elles manqueront de vitamines et produiront un carnage écologique. Nos fraises ne sont produites localement et sont écologiques mais n’auront pas le label bio.

Nous faisons naître une réflexion sur les saisons. Nos productions hors saison naturelle ont le même bilan carbone.

Pour moi, la saison, c’est être capable de produire sur place avec un bilan carbone bas à n’importe quel moment.

Le Podcast Anti-Brouillard

Le podcast Anti-brouillard a pour ambition de décrypter les grandes tendances technologiques. Chaque mois un invité expert nous fait partager ses connaissances sur des sujets comme l’intelligence artificielle, la data science, la blockchain, l’internet des objets, bref tous ces thèmes qu’on nous prédit comme ceux qui forgeront le monde de demain. Grâce à l’animateur Fabien Roques, vous en saurez autant qu’un geek sans avoir à lire des articles souvent abscons.

Join the conversation! 1 Comment

  1. […] nous vous recommandons vivement l’écoute de l’épisode 7 avec le fondateur d’Agricool (voir notre chronique). Cet entretien illustre le savoir-faire de l’hôte d’Anti-brouillard. Il y décortique avec […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Category

Uncategorized